5 étapes pour rester en lien quand votre enfant vous agace !

amour

L’autre jour j’ai eu une prise de conscience énorme qui m’a amenée à comprendre cette clé essentielle pour rester en lien avec mon enfant.

J’étais dans une période où je me sentais souvent contrariée par l’attitude de mon grand fils.

Dans de nombreuses situations de la vie quotidienne, alors que je pensais être sortie du rôle de la maman qui rappelle tout le temps les limites, je me suis rendue compte que mon grand sollicitait beaucoup ma patience et ma persévérance.

Alors je répétais les limites de bases :

  • Dans un magasin, tu peux marcher,
  • Dans un magasin, tu peux regarder,
  • Quand il y a du monde autour de toi, tu peux t’éloigner pour jouer afin de ne blesser personne,
  • Tu peux aimer ton petit frère en le touchant doucement s’il est d’accord
  • Tu peux t’excuser si tu bouscules quelqu’un u lui marche sur les pieds

Moi qui croyait en avoir fini avec « la règlementation », je n’étais pas déçue.

1 – Le constat

Et arriva ce qui devait arriver, je me suis sentie tellement fatiguée de répéter les mêmes choses que je me suis fâchée après mon grand.

Je te laisse imaginer que vu que la situation se répétait de nombreuses fois, je me fâchais de nombreuses fois ! En général, c’est ce qui me fait réagir !

J’ai dit « STOP » ! Là, il y a un truc qui m’échappe.

2 – La CNV

Me voilà partie sur les chemin de la Communication Non Violente (CNV) afin de comprendre ce qui se passe en moi et me donner la capacité d’aller voir ce qui se passe chez mon fils.

Je m’autorise à lâcher le chacal qui parle en moi : « il m’énerve quand même, ça fait des années que je lui répète les mêmes choses et ce n’est toujours pas acquis! » ou « il me fatigue vraiment ! ».

Je mets le doigts sur mon besoin de paix ; oui j’ai souvent besoin que les choses se passent paisiblement, celui de ne pas me taper la honte à chaque sortie ! Bon ok, ce n’est pas du tout CNV ça ! Un besoin de préserver mon énergie et ne pas passer mon temps à rappeler les règles !

Une fois ce travail effectué, j’observe mon enfant et je prends conscience qu’il ne le fait pas exprès, encore moins « contre » moi.

Je mets en évidence son besoin de compréhension et de reconnaissance de son individualité.

3 – La prise de conscience

Et là, je m’aperçois qu’en réalité, je lui fais porter un certains nombres d’attentes que j’ai vis à vis de lui mais qu’il n’est pas encore en mesure de donner.

Quelque soit son âge, l’enfant se développe sur tellement de pans différents qu’il lui est impossible de tout faire en même temps !

A l’école, il me semble naturel que chaque enfant ait son rythme mais à la maison, j’ai oublié d’intégrer cette idée.

Mon grand a développer plein d’autres compétences de sa personnalité et n’a tout simplement pas encore eu le temps d’intégrer toutes ces règles.

Et je le vois réellement dans ses comportements, il est doué pour beaucoup de choses que ses copains ou son frère ne savent pas faire et inversement. C’est logique !

Sauf que dans ce cas là, je me retrouvais souvent dans un rôle que je déteste à répéter des limites et étant dans l’inconfort, j’avais oublié de rester connectée à mon fils.

4 – Le passage à l’action

Depuis, j’ai pris beaucoup de recul face à cette situation et j’accepte de faire preuve de plus de patience pour lui sur ce sujet.

Son frère étant différent, me demande de la patience sur d’autres choses.

C’est mon rôle de maman de les guider individuellement et non pas de leurs faire porter des attentes qui me sont personnelles et qui me soulageraient !

5 – Le résultat

Curieusement, depuis j’ai moins besoin de répéter les choses … à moins que ce ne soit qu’une impression parce que j’ai tout simplement déplacé mon attention vers autre chose.

Quand quelque chose nous dérange, on a tendance, humainement à se focaliser dessus et plus on porte notre attention dessus, plus la situation nous agace !

Je t’invite à partager en commentaires sous l’article tes expériences, dis moi comment ça se passe chez toi et si tu as déjà été confronté(e) à ce genre de situations toi aussi ?

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier