Comment créer un climat favorable à l’épanouissement de votre enfant ?

 

En me penchant du côté des neurosciences, j’ai découvert une chose fascinante parmi mille autres !

Actuellement, nombreux sont les adultes qui se disent « stressés » à cause de leur mode de vie, de leurs conditions de travail, des transports, des exigences de notre époque !

On voit des dépressions, des burn-out, des adultes dépassés et qui sont en réelle souffrance.

 

Du côté des enfants, le quotidien peut aussi être une source de grand stress.

Quand on voit les conséquences de celui-ci chez les adultes, on peut facilement imaginer qu’elles sont multipliées chez l’enfant dont le cerveau est en plein développement et loin d’être mature !

 

Le matin :

« Dépêche-toi, on va être en retard à l’école »

« Habille-toi vite, je vais rater mon bus ! »

« Allez, vite, j’ai pas envie d’arriver en retard au bureau ! »

 

Le soir :

« Va vite faire tes devoirs, il faut prendre le bain après puis manger… »

« Dépêche-toi de te laver ! »

« Reste au lit, j’ai envie de souffler ! »

 

 

Toutes ces situations sont à l’origine d’un grand stress pour l’enfant. Avant l’âge de 5-6 ans, il n’a aucune notion du temps et là n’est pas sa préoccupation principale ! L’enfant veut et a besoin de jouer, de prendre son temps !

Alors, lorsque son parent lui demande de se dépêcher ou même quand il perçoit l’état de stress chez son parent, l’enfant le vit également.

 


Besoin de calme dans ton quotidien ?




Découvre ici 2 outils simples et efficaces qui aideront tes enfants à canaliser leur énergie.




Reçois mes conseils et astuces chaque samedi !

Harmonie Familiale respecte ta vie privée. Pas de spam. Consultes les conditions générales et politique de confidentialité.

Hidden Content

 

De même, lors d’une situation de conflit, si l’adulte crie, s’énerve, punit ou frappe son enfant, celui-ci se retrouve dans une position de stress qu’il n’est pas en mesure de gérer seul.

Comment cela se manifeste t-il dans le corps de l’enfant ?

Le stress provoque une augmentation d’adrénaline et de noradrénaline. Ces deux molécules jouant un rôle sur l’humeur, elles engendrent, à un taux trop élevé, de l’angoisse ou de la colère (voire les deux !).

De même le cortisol répond au stress en augmentant de manière importante dans l’organisme. Cette hormone, bénéfique à un taux modéré, provoque un sentiment de grande insécurité lorsqu’elle est présente à un taux particulièrement élevé !

 

 

Le Dr Catherine Gueguen* explique « Quand l’adrénaline, la noradrélanine et le cortisol sont émis en trop grande quantité, leurs effets négatifs sur l’organisme expliquent des modifications psychologiques et comportementales importantes. L’enfant perd totalement confiance et vit les autres et le monde comme une menace constante. Cet état de perpétuelle méfiance l’amènera soit à fuir, soit à attaquer, soit à être dans un état d’inhibition.

Le stress peut même provoquer la destruction de neurones dans des structures importantes du cerveau. »

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe aussi une hormone (parmi d’autres) qui favorise le lien dans la relation parent-enfant : il s’agit de l’ocytocine.

« Les contacts tendres entre parents et entants sont bénéfiques et indispensables aussi bien pour la mère que pour le père et l’enfant, ils renforcent l’attachement réciproque. Cet amour partagé apporte la sérénité, la confiance et le bien-être aux trois. Le cercle vertueux est Alors enclenché : plus on câline l’enfant, plus l’ocytocine est sécrétée, les liens d’affection se renforcent et apportent l’équilibre et le bonheur dans la famille, facteur de développement harmonieux de l’enfant. »

 

 

En ayant pris connaissances de ces découvertes mises en avant grâce aux études de professionnels, il est possible d’adapter son comportement vis à vis de l’enfant afin d’obtenir un juste équilibre qui mènera la relation parent-enfant vers une belle harmonie !

*Pour une enfance heureuse

 

Partagez vos témoignages en commentaires sous l’article.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires