5 étapes pour plus de sérénité dans votre relation avec vos enfants

Actuellement, les parents se retrouvent pris « les fesses » entre deux chaises, pour rester polie.

D’un côté, ils ont reçu, pour la plupart, une éducation principalement basée sur l’autorité, la soumission de l’enfant et l’obéissance à tout prix et de l’autre, ils tendent vers le meilleur pour leurs enfants et se laissent séduire par l’éducation positive qui fait un tabac !

Alors, ils essayent, nous essayons, de faire de notre mieux pour supprimer tout ce que nous avons connu de négatif : la fessée, les giffles, les punitions, les humiliations parce que nous comprenons que ces méthodes sont nocives pour nos enfants. C’est une révolution en matière d’éducation qui ne peut être qu’encouragée à mon avis.

 

Cependant notre cerveau ayant enregistré un type de fonctionnement pendant toute notre enfance, ne peut parfois s’empêcher de le reproduire, malgré notre volonté ! 

En effet, s’il se retrouve confronté à une situation qu’il reconnaît comme déjà vécue, il va tout simplement choisir la réaction qu’il a enregistrée le plus souvent et la reproduire. 

C’est ainsi qu’il fonctionne.

Ces faits étant posés, il faut comprendre que cela signifie aussi que vous avez la possibilité de changer cette programmation de votre cerveau afin de modifier vos comportements.

 

 

Cela passe par plusieurs étapes :

 

La première étape est de comprendre ce qui se passe.

 

Alors que vous aviez pris la décision de ne plus hausser le ton sur vos enfants, voilà que lorsqu’ils montrent de la résistance dans l’accomplissement d’une tâche par exemple, vous vous emportez et vous mettez à crier !

C’est ici qu’il faut faire le rapprochement avec ce que vous avez vu la plupart du temps pendant votre propre enfance. Vous vous rendrez compte, que souvent, vous reproduisez les schémas connus.

 

La deuxième étape sera de comprendre pourquoi vous réagissez de façon incontrôlée.

 

Il s’agit ici de trouver précisément le facteur déclenchant de votre colère. Avez-vous l’impression de ne pas être respecté(e), de ne pas être écouté(e), d’être dépassé(e) ? En règle générale, ce n’est pas réellement le comportement de votre enfant qui vous fait réagir mais ce qu’il provoque en vous.

 

La troisième étape  consiste à faire la part des choses et remettre chacun à sa juste place.

 

Si vous avez l’impression de ne pas être écouté(e) par exemple, c’est un sentiment que vous avez le droit d’éprouver mais vos enfants ne sont pas là pour résoudre ce problème à votre place. Responsabilisez vous et reprenez ce qui vous revient. Prendre ce recul vous permettra de vous recentrer et de mieux gérer votre réaction face à ce comportement que vous aimeriez différent.

 

La quatrième étape se définit par la mise en pratique de la réaction que vous auriez aimée recevoir vous même en tant qu’enfant.

 

Il y a ce que vous avez vécu et ce que vous auriez aimé recevoir comme réaction. Appliquez avec vos enfants ce qui vous aurait satisfait. Faites de votre mieux et petit à petit vous verrez que non seulement vos réactions changeront mais aussi que vous vous sentirez mieux parce que vous guérissez en même temps votre enfant intérieur !

 

 

La cinquième étape est la patience et la répétition de ce mécanisme encore et encore jusqu’à ce que votre cerveau intègre ce nouveau fonctionnement comme lui étant familier.

 

Cela fonctionne ! Essayez, au pire, vous n’avez rien à perdre !

Cela ne se fait pas du jour au lendemain, vous l’aurez compris mais c’est accessible à toute personne qui souhaite moduler ses comportements.

 

Cependant, au cours de votre cheminement vers cette nouvelle programmation de votre cerveau, il peut vous arriver de « déraper » avec vos enfants. D’avoir des attitudes que vous souhaiteriez voir disparaître qui restent encore présentes.

La meilleure solution, dans ce cas de figure, est de s’appliquer à retourner vers votre enfant quand vous retrouvez votre calme. Parlez lui de ce que vous avez ressenti : de la colère, de la tristesse, de l’injustice par rapport à son comportement.

Dites lui que votre réaction n’était pas la meilleure et présentez lui vos excuses.

Un parent peut parfois faire des « bétises » aussi et il est primordial de réparer le mal que vous avez fait.

 

 

Montrez l’exemple à votre enfant. Vous êtes humains, donc imparfaits et en lui montrant que le fait de s’excuser, de discuter de ce qu’il s’est passé, permet de ne pas laisser la relation « abîmée », vous lui donnerez le droit de se tromper à son tour aussi, de développer son empathie et donc de prendre soin des relations qui lui sont chères.

 

Laissez vos témoignages en commentaires sous l’article.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires