Comment se faire écouter ?

Vous aimeriez certainement que votre enfant soit attentif à ce que vous lui dites et qu’il applique les demandes que vous lui faites.

Vous êtes probablement consterné(e) quand vous vous entendez lui répéter les mêmes choses plusieurs fois et qu’il continue de faire le contraire !

Qu’est ce que ça peut être énervant et terriblement frustrant pour un parent de constater que son enfant fait comme un « reset » dans son cerveau tous les jours ! C’est comme si chaque jour, il débarquait dans votre vie sans savoir ce que vous lui avez appris la veille !

Le pire, c’est quand une situation de ce genre vous confronte aux autres, n’est ce pas ?

 

 

Parce qu’à ce moment là, vous sentez une sorte de « pression » (consciente ou inconsciente) qui vous pousse à agir comme si vous aviez à prouver que vous êtes un « bon parent ».

Du coup, vous pouvez même aller jusqu’à adopter une réaction différente de d’habitude pour simplement, humainement, naturellement et légitimement vous sentir en droit de garder la tête haute !

Que les choses soient claires : la seule personne avec laquelle vous devez être d’accord, c’est vous même ! Au diable la peur des jugements, vous savez ce que vous valez !

 

Voici quelques pistes pour encourager votre enfant à intégrer au mieux l’apprentissage que vous souhaitez lui transmettre :

formulez une demande PRÉCISE.

 

Ca paraît bête et évident mais cet exercice est un peu plus compliqué qu’il en à l’air. Vous n’avez pas forcément l’habitude de mettre des détails clairs dans ce que vous demandez à votre enfant et du coup, il ne sait pas toujours ce que vous attendez de lui.

 

Par exemple :

Imaginons que vous entrez dans un magasin avec votre enfant et que vous lui dites  juste avant « soit sage dans le magasin d’accord ? » « oui oui »

De votre côté il est évident que vous avez en tête tout ce que votre enfant peut faire pour être sage dans ce magasin mais votre enfant lui, n’a pas encore votre âge et il est en plein apprentissage. Alors il va vous dire qu’il est d’accord parce qu’il aime vous voir content(e), il va rester bien à côté de vous mais peut être que vous allez le voir toucher à un million de choses.

Vous allez vous sentir très énervé(e) et dans l’incompréhension parce que vous lui avez pourtant bien rappelé d’être sage !

 

 

En réalité c’est ce qu’il a retenu dans votre message « être sage dans le magasin » !

N’hésitez pas à donner plein de détails pour que votre message soit clair.

La demande pourrait donc être la suivante : « Louise, dans le magasin, j’ai besoin que tu ne cours pas partout, que tu ne touches à rien et que tu ne cries pas » .

 

demandez à votre enfant de REFORMULER votre demande.

 

En communication on dit que le message que l’émetteur envoie est perçu par son récepteur selon son mode de pensée et son histoire personnelle.

Il n’est donc pas évident que la personne à laquelle vous vous adressez perçoive le sens de votre phrase exactement comme vous.

Il est fort possible que votre enfant vous réponde « oui oui » alors qu’il n’a pas du tout reçu votre message.

Il n’en a pas pour autant rien à faire ! Il était peut être simplement absorbé par autre chose à ce moment là !

Pour mettre toutes les chances de votre côté et éviter des situations désagréables pour tout le monde, je vous encourage vivement à utiliser donc la reformulation dans toutes les demandes qui sont importantes pour vous !

 

 

Ainsi, après la réponse de votre enfant, vous pouvez lui demander « qu’est ce que tu as compris dans ce que je viens de te demander ? » ou « est ce que tu peux me répéter ce que je viens de te demander ? » 

 

utilisez une tournure POSITIVE.

 

Formulez ce que l’enfant à le droit de faire au lieu de lui poser des interdits.

La finalité est la même pour vous, cette démarche peut vous sembler subtile mais en terme de communication, elle est essentielle ! Ca change tout du côté de votre enfant qui reçoit le message.

Lors d’une tournure négative : « ne cours pas partout », « ne touche pas à tout, «  ne cries pas », le cerveau de votre enfant va se focaliser sur ce qu’il entend « courir », « toucher », « crier ».

Il sera donc instinctivement poussé à faire ces actions !

 

Ainsi, en utilisant des tournures positives, vous attirez l’attention du cerveau de votre enfant sur ce qu’il peut faire et c’est gagné !

Si je reprends mon exemple, la demande serait : « Louise, dans le magasin, j’ai besoin de te voir à côté de moi, que tu gardes tes mains dans les poches et que tu parles doucement ».

Maintenant que vous connaissez ces 3 secrets pour bien faire passer votre message à votre enfant, il ne vous reste plus qu’à pratiquer !

Comme toute nouvelle chose, vous allez vous trouver « pas naturel(le) » au départ mais vous allez voir comme quelques petites choses vous rendent la vie plus douce !

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier