Comment gérer les disputes liées aux jouets ?

Lorsque je n’avais qu’un seul enfant, je ne m’étais jamais posée la question ! Il avait ses jouets et j’étais surtout préoccupée par le fait de lui enseigner l’art du rangement qu’autre chose.

Quand j’ai eu mon second et qu’il a commencé à grandir…parce qu’en tant que bébé il y a rarement de soucis, je me suis rendue compte que les jouets pouvaient devenir mes pires ennemis !! Une source inimaginable de disputes !

Il existe peut être des fratries dans lesquelles Jacques prête volontiers son jouet à François mais ça ne fonctionne pas comme ça chez moi !

Pour un adulte, avec juste sa vision d’adulte qui a oublié son enfant intérieur, ce genre de disputes est uniquement « casse pied » pour être polie.

Les jouets peuvent et doivent être prêtés, parfois sous peine de passer pour un mauvais parent après de son entourage.

 

Pourtant, les choses ne sont pas si simples et les « c’est MON jouet », « t’as pas le droit de le prendre » ou les « maman, je l’avais avant lui, il me l’a pris des mains » ne font que commencer !

Face à tant de disputes liées aux jouets, je me suis demandée quelle position je pouvais adopter pour ne pas leur faire avaler tout crus tous leurs jouets ?!!!!!!

D’abord je comprends qu’il est TRES important que chaque enfant ait ses propres jouets. Même du haut de ses quelques centimètres, les jouets représentent pour l’enfant son chemin de vie, son histoire. Ils sont sa propriété et il a envie d’en disposer comme il le souhaite.

 

Si on veut comparer, on peut se rendre compte qu’un adulte à les mêmes aspirations avec ce qui lui appartient !

Aimeriez-vous qu’on vienne prendre votre voiture sans vous demander votre avis pour la prêter au voisin par exemple ??

Même s’il s’agit de biens matériels, ils contribuent à la construction de notre univers que l’on soit adulte ou enfant.

Ainsi, le fait de respecter l’appartenance de chaque jouet à l’enfant est une façon de lui permettre de se construire et de mettre en forme son univers. Respecter ses biens comme vous aimez que l’on respecte les votre.

Demandez lui, toujours, avant de jeter, vendre ou donner quelque chose qui appartient à votre enfant sous peine de le blesser…peut être même sans le savoir.

 

Je crois que quel que soit le sujet, il est toujours intéressant, avant d’agir envers son enfant, de se poser la question « de quelle manière je réagirai si on agissait ainsi avec moi ? »

Votre enfant à droit au même respect que vous, non ?

 

 

Le système d’appartenance des jouets étant posé,  il n’en reste pas moins que les enfants veulent toujours les jouets des autres…sans jamais prêter les leurs !

En voyant un autre enfant jouer avec un objet, l’enfant (quel que soit son âge), se sent attiré par le même jouet parce que le jeu lui semble « chouette » tout simplement. Il ressent alors une envie irrésistible de se l’approprier par n’importe quel moyen !

C’est à ce moment là que nous entrons dans la délicate mission qui revient aux parents, d’apprendre à demander et d’apprendre à partager !

Un autre apprentissage se fait simultanément, car les choses ne sont pas si simples. Même si l’enfant demande le plus poliment du monde le jouet, le frère, la soeur ou le copain, va répondre… « NON » et là, l’enfant se retrouve à gérer sa double frustration !

 

J’ai compris qu’il était donc autant important d’apprendre à mes enfants à demander correctement ce qu’ils veulent qu’à s’attendre à un refus.

Car l’autre enfant, est-il obligé de prêter ??

J’avoue avoir été plusieurs fois, de nombreuses fois en réalité, agacée de voir que l’un de mes fils avait beaucoup de mal à prêter ses jouets. On se retrouve souvent, avec d’autres parents, chacun en train de négocier avec le sien pour être polie (souvent) et parce qu’on est convaincue qu’il faut faire comme ça. Ben oui, tout le monde fait ça, dire à son enfant « mais si tu vas prêter ton jouet gentiment à Lucas»

Mais si mon voisin vient me demander ma voiture , est ce que j’aimerais que mon conjoint ou ma mère me disent « mais si tu vas prêter ta voiture à ton voisin » ?

Heu…ben non, je n’en ai pas envie ! Bon évidemment, on suppose dans cet exemple que votre voisin ne soit pas votre meilleur ami d’enfance ni quelqu’un de votre famille en qui vous avez toute confiance !

Alors n’est ce pas un peu injuste finalement d’imposer cette démarche à nos enfants ?

 

Aujourd’hui, je me sens plus à l’aise avec le fait que mes enfants n’aient pas toujours envie de prêter leurs jouets et si dans mon entourage quelqu’un me fait une remarque, je lui demande de me prêter sa voiture sans chouiner !!!

Une nouvelle question est malgré tout venue me tracasser un peu : ok c’est important de respecter le choix de son enfant, mais comment lui montrer que le partage est une valeur importante pour moi ?

 

 

Je ne souhaite pas que mes enfants soient individualistes pour autant, ni égoïstes.

Partager, ça peut être rendre service gratuitement à quelqu’un parce qu’on peut le faire et que la personne a réellement besoin d’aide.

Ca peut être tenir la main d’un copain qui s’est fait mal dans la cours de récréation en attendant ses parents, ça peut être partager le dernier gâteau au chocolat que toute la famille préfère.

En réalité, il y a mille façons de partager au delà du prêt du jouet.

 

Et puis, en mettant en pratique les respects du « non » sur le prêt de jouet, c’est tout naturellement, qu’un jour mon fils est venu me voir en me disant « maman, mon frère ne veut pas me prêter sa voiture bleue »

J’ai bien été tentée de lui répondre « bien sûr, je le comprends puisque tu ne veux jamais lui prêter tes playmobiles ! »

Bon, je me suis retenue évidemment, après respirer profondément, et je lui ai demandé ce qu’il ressentait face à la réponse de son frère ?

Il a su me l’expliquer avec ses mots et je me suis contentée de lui rappeler que dans notre maison, je n’obligeais personne à prêter ses jouets.

Il est retourné voir son frère et lui a proposé de faire un échange !

Depuis, il y a nettement moins de conflits liés aux jouets dans notre maison et beaucoup plus d’échange, de partage.

Nous avons mis en place quelques règles importantes à respecter comme :

  1. l’obligation de rendre le jouet dans le même état
  2. Définir la durée du prêt pour éviter les reprises intempestives
  3. Le respect de chaque enfant de ses obligations à partir du moment ou il accepte le prêt

En accompagnant les enfants vers l’autonomie, en les écoutant et en respectant leurs besoins, ils découvrent par eux mêmes de nouvelles façons de fonctionner qui marchent ! Bravo !

Et les parents sont « libérés » de l’obligation d’intervenir sous peine d’être de mauvais parents !

 

Partage en commentaire sous l’article.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires