Des solutions concrètes : si ton enfant ne veut pas aller se laver !

Même si tu es dans une volonté d’apporter une éducation bienveillante à tes enfants, il y a probablement des jours où tu te sens fatigué(e), sans patience et avec un niveau d’énergie à peu près égal à zéro ! 

Tu souhaites garder ton intention de bienveillance mais c’est tellement difficile que tu as du mal à savoir comment faire .

En même temps, tu ne veux pas tomber dans une relation de pouvoir avec tes enfants. Et non plus user de l’autorité pour obtenir ce que tu attends d’eux.

Si ces jours là, tu as du mal à mettre en pratique tes connaissances en matière d’éducation positive, c’est ok. 

Voici une solution que tu peux envisager si tu tends vers la bienveillance mais que tu te sens fatigué(e) ou peu patient(e) pour prendre le temps d’accompagner ton enfant sereinement lorsqu’il refuse de prendre sa douche ou son bain : 

1 – Tu poses la situation clairement et formule l’organisation qui est en place dans votre famille.

Tu as différentes façons de poser la situation :

  • tu peux annoncer d’un ton calme que dans 5 minutes, viendra le moment d’aller se laver
  • ou alors tu peux impliquer ton enfant dans l’organisation de sa routine en lui demandant plutôt ce qu’il a à faire maintenant
  • il est aussi possible que tu fasses appel à une autre organisation mise en place chez toi. Par exemple une frise représentant les différents moments de la routine de ton enfant sur laquelle il déplace un magnet. Dans ce cas, tu peux l’inviter à regarder sa frise et lui demander quelle sera la suite de sa routine.

2 – Tu exprimes clairement la conséquence qui arrivera si ton enfant fait le choix de maintenir son opposition. 

Si ton enfant te dit clairement qu’il n’est pas d’accord ou si tu constates qu’ils continue de faire ce qu’il est en train de faire sans tenir compte de ses « obligations », tu respires !

Et tu annonces avec toute la bienveillance dont tu es capable à ce moment là, la conséquence que tu choisiras d’appliquer si il ne fait pas ce qu’il a à faire.

Cette conséquence doit être en lien avec la situation. Tu peux la moduler en fonction de ce que tu connais de ton enfant afin de le sensibiliser à la notion de choix.

Plusieurs solutions s’offrent à toi :

  • Tu peux expliquer à ton enfant que tu es disponible pour le guider dans sa toilette seulement à ce moment là de la journée. En conséquence s’il choisit de ne pas se laver au moment prévu, tu ne seras plus disponible. Il devra donc se laver seul.
  • Tu as aussi la possibilité de lui expliquer que le repas sera servi à la même heure que d’habitude. De ce fait, si il choisit de prolonger son temps de jeu au lieu d’aller se laver, il devra le faire après manger. Le temps de routine du soir (histoire par exemple) sera probablement restreint.

L’idée est d’apprendre à ton enfant à faire ses choix en connaissant leurs conséquences. 

Bien entendu, tu donneras tes explications avec bienveillance, c’est à dire, sans menace ni cris. 

Pour en savoir plus sur les conséquences logiques et leur bonne utilisation, je t’invite à lire l’article suivant : https://harmonie-familiale.fr/des-solutions-concretes-aux-conflits-du-quotidien/

3 – Tu appliques la conséquence que tu annoncée. 

Une fois que ton enfant à fait son choix, si tu vois qu’il maintient son opposition, tu vas appliquer la conséquence choisie et énoncée auparavant.

Pense à ce moment là à garder une intonation bienveillante dans ta voix. Ton enfant a besoin de se sentir respecté. Rappelle-toi qu’il est en apprentissage.

L’intention n’est pas de cet ordre, tu l’auras compris. Il s’agit plutôt d’impliquer ton enfant dans le déroulement de chacune des choses qu’il a à faire en tenant compte de l’organisation mise en place autour de lui.

C’est de cette façon que ton enfant fera petit à petit un double apprentissage : celui de faire un choix face à une situation et celui d’obtenir un résultat différent en fonction du choix qu’il a fait.

4 – Tu accueilles les émotions de ton enfant.

Si tu remarques que ton enfant a besoin d’exprimer son mécontentement, je t’invite juste à l’écouter.

Lorsque ce fonctionnement est nouveau, il faut un temps d’adaptation à ton enfant pour en intégrer le mécanisme.

Accueille ses émotions avec empathie. Tu reviendras plus tard sur le sujet si tu le juges nécessaire.

5 – Tu évalues le résultat de ton action.

Il est primordial d’évaluer le résultat de ta conséquence pour savoir si il est nécessaire de la modifier ou non.

C’est pourquoi je t’invite à tester une même solution sur plusieurs jours. Ainsi, tu seras vraiment objectif(ve) dans l’efficacité de ton action.

Si cette solution ne fonctionne pas, tu peux toujours avoir recours au rassemblement familial. Je t’en parle en détail dans cette vidéo.

Garde à l’esprit que ton enfant grandit. Tu as choisit une certaine organisation de votre routine lorsqu’il était petit.

Cependant, il se peut qu’une réaction d’opposition persiste. Dans ce cas, il peut suffire de modifier quelques détails pour que tout rentre dans l’ordre et que les tensions diminuent.

Je te laisse tester ces étapes et partager en commentaires tes résultats. N’hésites pas à me poser tes questions si quelque chose ne te semble pas clair. Je me ferai un plaisir de te répondre.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier