Des solutions concrètes : quand ton enfant ne veut pas faire ses devoirs !

Certains jours sont plus difficiles que d’autres et pourtant tu te retrouves quand même confronté(e) à ta responsabilité de parent et à devoir gérer un certain nombre de choses !

Si tu as envie de mettre en application une éducation bienveillante dans ton quotidien et que tu te retrouves un peu dépourvu(e) les jours où tu manques de patience, d’énergie et d’imagination, ne t’inquiète pas, c’est naturel !

Je te propose une solution que tu peux utiliser quand tu te retrouves face à l’opposition de ton enfant dans la réalisation de ses devoirs. 

Il s’agit d’une solution qui respectera ton souhait d’être dans la bienveillance et qui te permettra de ne pas entrer dans le conflit avec ton enfant et donc de préserver ton énergie. 

Laisse toi guider :

1 – Tu poses la situation clairement et formule l’organisation qui est en place dans votre famille.

Plusieurs possibilités s’offrent à toi :

  • tu peux annoncer d’un ton calme que dans 5 minutes, viendra le moment de faire les devoirs
  • ou alors tu peux impliquer ton enfant dans l’organisation de sa routine en lui demandant plutôt ce qu’il a à faire maintenant
  • il est aussi possible que tu fasses appel à une autre organisation mise en place chez toi. Par exemple une frise représentant les différents moments de la routine de ton enfant sur laquelle il déplace un magnet. Dans ce cas, tu peux l’inviter à regarder sa frise et lui demander quelle sera la suite de sa routine.

2 – Tu exprimes clairement la conséquence qui arrivera si ton enfant fait le choix de maintenir son opposition. 

Si ton enfant te dit clairement qu’il n’est pas d’accord ou si tu constates qu’ils continue de faire ce qu’il est en train de faire sans tenir compte de ses « obligations », tu respires !

Et tu annonces avec toute la bienveillance dont tu es capable à ce moment là, la conséquence que tu choisiras d’appliquer si il ne fait pas ce qu’il a à faire.

Cette conséquence doit être en lien avec la situation. Tu peux la moduler en fonction de ce que tu connais de ton enfant. L’idée est de le sensibiliser à la notion de choix.

  • je te propose d’expliquer à ton enfant que tu es disponible uniquement au moment défini pour l’accompagner dans ses devoirs. En conséquence s’il choisit de poursuivre son activité, il devra faire ses devoirs seul.
  • tu as aussi la possibilité de lui expliquer que les devoirs doivent être faits avant le coucher. Ainsi, s’il choisit de ne pas les faire maintenant, il devra les faire impérativement avant d’aller se coucher.

Il se peut que cela ne fonctionne pas et que ton enfant persiste dans son refus. 

Dans ce cas, je te propose de laisser faire les conséquences naturelles : ton enfant se retrouvera face à ses actes en allant à l’école le lendemain. Il devra probablement se justifier devant son enseignant. 

Cela peut suffire à le convaincre de faire un choix différent la fois suivante. 

Découvre en plus sur les conséquences logiques, en vidéo.

3 – Tu appliques la conséquence que tu annoncée. 

Ton enfant va faire un choix. Il ne va pas forcément te le dire clairement mais il va prendre sa décision.

Tu seras assez rapidement fixé(e).

De ton côté, tu respecteras l’application de la conséquence que tu as posée en fonction du choix de ton enfant.

Il est nécessaire de faire ce que tu as dis pour que ton enfant s’y retrouve.

Cette étape peut te demander beaucoup d’efforts parce qu’elle peut faire naître en toi de la culpabilité.

Rappelle toi qu’il est important d’aller jusqu’au bout de ce que tu as mis en place. Cela permettra à ta tribu de retrouver un climat serein et apaisé.

4 – Tu accueilles les émotions de ton enfant.

Si tu remarques que ton enfant a besoin d’exprimer son mécontentement, je t’invite juste à l’écouter.

Lorsque ce fonctionnement est nouveau, il faut un temps d’adaptation à ton enfant pour en intégrer le mécanisme.

Accueille toujours les émotions de ton enfant avec bienveillance. Inutile d’enfoncer le clou si ton enfant se retrouve à faire ses devoirs tard, qu’il est fatigué et qu’il a du mal à se concentrer : il expérimente et c’est normal !

5 – Tu évalues le résultat de ton action.

Il est primordial d’évaluer le résultat de ta conséquence pour savoir si il est nécessaire de la modifier ou non.

C’est pourquoi je t’invite à tester une même solution sur plusieurs jours. Ainsi, tu seras vraiment objectif(ve) dans l’efficacité de ton action.

Si cette solution ne fonctionne pas, tu peux toujours avoir recours au rassemblement familial. Je t’en parle en détail dans cette vidéo.

Laisse tes commentaires bienveillants sous l’article et partage ce qui marche pour toi.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier