Comment améliorer le quotidien avec vos enfants ?

 

 

Vous avez probablement plein d’envies et d’idées pour organiser votre vie de famille

Oui mais vous êtes aussi pris dans le quotidien entre les choses à faire à la maison, la gestion de votre activité professionnelle, votre vie de couple et … tout le reste !

Alors vous vous retrouvez peut être, malgré vous, dépassé(e) et la vie au quotidien avec vos enfants ne colle pas vraiment à ce que vous espériez !

 

Si vous souhaitez plutôt vivre AVEC vos enfants et non A COTÉ d’eux,

Si vous voulez plus de COOPERATION de la part de vos enfants quand arrive l’heure du bain ou du repas,

Si vous attendez de vos enfants de L’IMPLICATION dans la vie de famille,

Si vous préférez GARDER VOTRE ÉNERGIE pour des choses positives plutôt que pour vous fâcher après vos enfants

Et si vous voulez pouvoir faire ce truc qui vous tient à coeur sans être sollicité(e) toutes les deux secondes et demi,

Il est temps de prendre la situation en main et de mettre en place une action ENSEMBLE.

 

 

On dit aujourd’hui, dans notre société que « les gens sont de plus en plus individualistes », mais est-ce vraiment surprenant alors que les parents prennent toutes les décisions, font tous les choix concernant la vie de famille seuls, sans demander l’avis de leurs enfants ?

Alors, je vois d’ici des sourcils se froncer !

Quoi, mais on ne va quand même pas demander à nos enfants de DECIDER de la façon dont va s’organiser le quotidien à la maison !!!!!!

 

Je ne vous suggère pas de leur confier la gestion du budget mais simplement de les faire participer au choix concernant l’organisation du quotidien.

En considérant l’enfant comme un individu à part entière, on est d’accord pour dire qu’il a des DROITS et aussi des DEVOIRS.

Je crois qu’à vouloir sans cesse imposer à nos enfants NOS préférences, on ne peut pas s’attendre à avoir toujours leur implication puisqu’ils n’ont pas leur mot à dire !

 

Est-ce que vous seriez coopérants si on vous imposez constamment des choses ? Allez, honnêtement !

L’unique chemin qui fonctionnerait pour cette situation est celui emprunté jusqu’à présent, celui de l’autorité et de la soumission. Bien sûr que votre enfant peut-être coopérant avec ce que vous lui demandez s’il a peur que vous vous fâchiez, s’il a peur d’être puni de télé, de se voir confisquer ses jouets préférés ou privé de sorties.

 

 

Mais si vous aspirez à une relation plus sereine avec vos enfants, si vous voulez leur laisser leur place et leur accorder votre confiance (parce que je vous rappelle que votre enfant ne veut pas vous nuire, au contraire, il adore naturellement vous faire plaisir et a un désir viscéral d’avoir votre fierté !), vous pourriez vivre une vie un peu différente et tellement plus alignée avec ce qui vous correspond !

Cela demande des efforts, comme le fait d’élever des enfants finalement, n’est-ce pas ?

Mais cela vous permets aussi de grandir, de vous épanouir et de vivre une relation avec vos enfants plus proche de ce que vous désirez.

 

Alors c’est bien joli tout ça Mélanie mais comment on fait concrètement ????

 

Voici mon « outil » du jour : je l’appelle LE RASSEMBLEMENT FAMILIAL !

 

Déjà, le terme invite à la joie, au partage, à la famille quoi !

Il s’agit de rassembler votre tribu dans un endroit de la maison qui soit neutre (une pièce commune de préférence comme le salon).

Vous pouvez faire participer vos enfants pour qu’ils ajoutent une petite touche personnelle afin de créer un petit cocon qui convient à tous et dans lequel chacun se sentira à l’aise pour PARLER, COMMUNIQUER. Ce peut être des coussins installés au sol, quelques bougies ou un fond musical très doux pour ne pas empêcher le dialogue.

Mettez aussi votre touche perso, vous aussi devez vous sentir bien !

Installez vous en cercle, tous au même niveau. Ici, tout le monde est à ÉGALITÉ, tout le monde à les mêmes droits.

 

Prenez un objet symbolisant le « bâton de parole »

 

 

 

Il n’y que celui qui tient le bâton de parole qui s’exprime, les autres écoutent. Et pas de jaloux, tout le monde aura la parole !

Facultatif, vous pouvez placer une feuille au centre du cercle pour prendre des notes sur ce qui est dit et pourquoi ne pas laisser un enfant le faire s’il est volontaire.

 

Ensuite vous commencez à vous exprimer sur ce qui vous convient dans le fonctionnement actuel.

 

Ce qui vous met en joie, peut être les progrès des uns, les efforts des autres, les 5 minutes que vous arrivez à avoir rien qu’à vous après le boulo…

Ca vous permets de vous rendre compte aussi de ces petites choses qui fonctionnent bien et sur lesquelles on ne porte pas assez souvent son attention !

Ensuite vous pouvez passer le bâton de parole à votre voisin qui fera de même.

Vous verrez que c’est une expérience enrichissante. Vous risquez d’apprendre des choses sur le vécu et le ressenti de vos enfants que vous n’aviez même pas imaginé !

 

En second lieu, quand le bâton revient à vous, passez aux situations qui vous dérangent.

 

En utilisant toujours le « JE me sens … » 

Prenez une situation à la fois, ne balancez pas mille reproches, ce n’est pas le but et ça ne sera pas constructif. Alors patience, une chose à la fois. Peut être celle que vous mettez en tête de liste.

Par exemple : « je suis vraiment contrariée quand je vois que vous ne venez pas à table quand je vous le demande » ou « je me sens lasse de vous demander un million de fois de ranger vos jouets ! »

Ne vous étalez pas des heures non plus. Faites votre phrase et passez le bâton au voisin.

 

 

Chacun exprime une chose qui le gêne.

Là aussi vous risquez d’être étonné(e) par ce que vous allez entendre !

 

Enfin, quand tout le monde s’est exprimé, vous reprenez les phrases exprimées une à une et chacun son tour propose une idée de solution à mettre en application pour la semaine ou les semaines selon votre choix . 

 

Ici, on apprend à dire ce que l’on ressent, on profite de pouvoir être écouté et entendu.

On fait partie intégrante de la famille, de sa famille.

On apprend à trouver des arrangements ensemble.

Qu’est-ce qu’il y a de plus important que de se sentir appartenir à son propre groupe, soutenu et de constater que les autres peuvent nous aider ?

N’est-ce pas primordial d’apprendre à se mettre d’accord ensemble, de trouver des terrains d’entente ? Dans la vie d’adulte, n’est-ce pas un élément indispensable à la cohésion et au vivre ensemble ?

La semaine suivante ou tous les quinze jours, reprenez « rendez-vous » avec votre famille et commencez cette fois-ci par faire un point sur les accords passés précédemment.

Vivez avec vos enfants et laissez les vous montrer leurs trésors !

 

A vos agendas pour planifier le prochain rassemblement familial !

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier