Comment changer la situation qui vous gène ?

 

La période traditionnellement propice aux nouvelles résolutions est évidemment le mois de Janvier.

Une nouvelle année qui commence, l’influence des médias et de l’entourage qui pose parfois LA question « alors quelles résolutions pour cette année ? » et on a sans doute l’impression que ce moment est LE BON pour changer de cap !

Pourtant, d’après les sondages, peu de résolutions sont tenues sur le long terme et finalement peu d’entre nous en prennent.

 

En réalité, si le désir au fond de vous est de changer quelque chose qui vous gêne dans votre vie, vous pèse ou ne vous convient plus, pourquoi attendre ce fameux mois de Janvier ?!

Tout vient de l’intérieur, de cet élan vital qui circule en vous ! Alors si vous vous sentez l’envie de changer, d’avancer, de progresser et de devenir meilleur(e) ne faites pas attention à la date et foncez !

Prenez un bloc note et notez vos envies, spontanément, ce que vous avez toujours eu envie de faire, d’essayer et que vous n’avez pas encore réalisé.

Et passez à l’action !!

Prenez vos projets les uns après les autres et organisez vous pour mettre en oeuvre leur réalisation.

Dites vous que rien n’est impossible ! Il peut y avoir des obstacles, des situations délicates, des solutions difficiles à trouver mais il y a toujours au moins un moyen de réaliser vos rêves.

 

 

En grandissant, nous n’utilisons plus assez notre imagination pour chercher des solutions, nous mettons trop souvent nos rêves de côté et nous mettons des barrières tout seul pour ne pas réaliser nos rêves.

Parfois, il peut être effrayant de se rendre compte que nous avons toutes les clés en main pour faire notre vie à notre image. Nous allons même jusqu’à trouver un certain confort dans des situations qui nous consument petit à petit plutôt que de sortir de cette zone en prenant le risque d’être plus heureux !

 

Le bonheur est relatif à ce qu’on dit, chacun peut en avoir une définition personnelle mais quelle joie d’être satisfait de soi parce que l’on entreprant des actions qui nous ressemblent, qui nous conviennent !

Parce que l’on fait des choix et que l’on ne subit pas.

Les sondages mettent en avant que les parents trouvent leur « statut » plus difficile que lorsqu’ils étaient célibataires, sans enfant.

Pourtant je suis sûre que 99% des parents trouvent que le départ de leurs enfants du foyer familial est la chose la plus difficile !

 

Alors faites le choix, tant qu’il est encore temps, d’apprendre tout ce qu’ont à vous apprendre vos enfants, donnez vous les moyens de vivre AVEC eux et non CONTRE eux.

Vous avez le choix de mettre sur votre liste de résolutions de devenir plus qu’un parent, un GUIDE pour enfant. Vous avez la capacité d’améliorer le quotidien de votre famille et le votre par de petites actions qui font la différence et qui peuvent vous permettre de vivre en harmonie avec vos enfants pour créer un lien unique avec eux, sain, équilibré et brillant.

 

 

Ce lien qui vous unit à votre enfant est l’un des plus merveilleux que la vie vous offre, apprenez à le découvrir, faites le choix de le laisser éclore et comprenez que la difficulté fait partie de la vie et permet de grandir. Elle cache souvent un trésor à qui sait la dépasser !

 

Partagez vos témoignages en commentaire sous l’article.

5 clés pour avoir du temps pour soi tous les jours !

 

Pour ne pas se sentir stressé(e), submergé(e) ou dépassé(e) par le rythme du quotidien, il est nécessaire de se prendre quelques minutes chaque jour rien qu’à soi. 

Il est possible d’utiliser ce temps pour lire, écrire, faire un jeu ou n’importe quelle activité de loisirs qui vous plaît.

 

Voici 5 clés pour se dégager du temps dans la journée :

 

1 ) Mettez votre réveil 5 à 10 minutes plus tôt.

 

Cela semble parfois difficile mais le plaisir d’avoir du temps au calme, pendant que les enfants dorment encore vous aidera à trouver la motivation.

Cela permet de se retrouver seul un moment, de bien commencer la journée en chargeant votre réservoir d’énergie et impactera votre journée toute entière !

 

2 ) A la fin de votre journée, proposez à vos enfants de jouer seuls un moment après les bisous chaleureux des retrouvailles. 

 

Les enfants sont contents de retrouver leur univers après leur journée et vous de décompresser.

Essayez de vous caler un nouveau rythme en mettant par exemple le minuteur sur le téléphone et profiter de ce temps pour faire ce qu’il vous plaît avant d’enchaîner sur votre deuxième journée de boulot!

 

3 ) Sur les jours de repos communs avec vos enfants, gardez vous un créneau rien que pour vous. 

 

Vous avez probablement envie de passer plus de temps avec eux. C’est tout à votre honneur mais ne vous oubliez pas ! C’est aussi votre repos et vous avez le droit d’en profiter pour faire quelque chose pour vous.

Vous pouvez utiliser le même principe du minuteur et si cela est vraiment trop compliqué, n’hésitez pas à proposer quelques minutes de dessins animés à vos enfants. Attention, pensez à bien expliquer la limite du temps et soyez patients. Laissez le temps à vos enfants de se familiariser avec ce nouveau fonctionnement.

Ils seront ravis de cette idée, attentifs et cela vous permettra d’avoir un peu de temps libre sans culpabiliser.

Il y a une différence entre passer 3h par jour devant la télé et 15 à 30 minutes ponctuellement devant des dessins animés choisis. Grâce aux replat et aux tablettes, rien de plus simple aujourd’hui !

 

 

4 ) Si vous avez l’occasion d’être en repos pendant que vos enfants sont à l’école ou la garderie, pensez à vous ménager cette plage horaire aussi pour vous faire plaisir.

 

Il est très facile de se laisser engluer dans les diverses tâches à faire et ne pas voir la journée passer ! Au final, quand les enfants sont de retour vous ne serez pas plus détendu(e) que si vous étiez allé bosser !

De même si vous attendez d’avoir fini de faire tout ce que vous avez à faire, vous n’aurez jamais ce temps libre à vous consacrer. Alors bloquez réellement un moment pour vous dans cette journée et tenez vous y!

 

5 ) Pendant les vacances vous pouvez fonctionner de la même façon.

 

Pensez à vous réserver une petite plage chaque jour pour votre activité personnelle.

Si vous avez ce temps à vous, vous vous rendrez compte que vous serez plus détendu(e) et plus disponible pour passer du temps de qualité avec vos enfants.

Vous aurez également la possibilité de vous ressourcer pendant ces vacances, qui sont aussi les votre. Ne reprenez pas le travail en ayant dépenser mille fois plus d’énergie que d’habitude et rien que pour les autres !

Le moment des vacances est souvent un peu délicat car nombreux sont les parents qui s’oublient et qui du coup associent vacances à difficultés car les enfants sont à la maison toute la journée. 

Avec un peu d’organisation et d’aménagement du temps, chacun peut être satisfait et les vacances peuvent rimées avec plaisir d’être ensemble.

 

 

Au début, si vos enfants ne sont pas habitués à vous voir prendre du temps pour vous, ils viendront probablement vous solliciter et auront du mal à respecter votre espace. 

Répétez régulièrement ce fonctionnement, ne vous découragez pas dès le premier ou second essai. Vous verrez que epetit à petit, vos enfants prendront l’habitude de votre démarche et vous pourrez même augmenter votre temps et avoir 1h entière de libre ! Génial !

Vous pouvez ainsi transmettre à vos enfants que la notion de plaisir, de prendre soin de soi est importante même quand on est adulte. Demandez-vous si vos enfants auront envie de grandir, de devenir adultes s’ils vous voient toujours courir après le temps, être stressé(e), débordé(e) et ne faire que des tâches ménagères !?

Est ce que lorsque vous étiez enfant, vous imaginiez votre vie d’adulte de cette façon ?

 

N’hésitez pas à mes laisser vos impressions et vos expériences en commentaires sous l’article.

5 choses à faire les jours où l’on se sent « bof » !

 

Il y a des jours où notre énergie est plus dans nos chaussettes que dans notre corps ! 

Des jours où l’on est vraiment contrarié par un événement extérieur, par le comportement de quelqu’un à notre égard, où l’on se sent préoccupé ou simplement malade !

 

Ces jours là, nous sommes malgré tout des parents, et nos enfants ont quand même besoin de nous. S’il existait une télécommande pour mettre « pause » sur nos responsabilités dans ces moments là, tous les parents se la disputeraient !!

Alors quand il est difficile de s’occuper de nos enfants, il faut puiser l’énergie quelque part pour maintenir notre « navire » à flot.

 

Voici 5 choses à faire pour s’en sortir sans avoir l’impression d’être « assomé(e) » :

 

1 ) RESPIRER !

 

Prendre une grande inspiration et apportez le maximum d’oxygène à votre corps pour lui permettre de rester lucide.

Asseyez-vous, là, tout de suite, maintenant. Fermez les yeux et inspirez puis expirez profondément plusieurs fois de suite.

Vous allez sentir votre corps se détendre…

Vous avez le droit de ne pas être au top tous les jours de votre vie. C’est impossible de toute façon !

Acceptez qu’aujourd’hui vous n’ayez pas forcément envie de sourire. C’est ok !

Votre vie se déroule comme si vous étiez sur une rivière avec tantôt des moments calmes, tantôt des secousses et parfois de vraies chutes !

Nous ressentons tous ces mouvements fluctuants de l’eau et nous nous laissons parfois emporter par de mauvais courants mais vous pouvez vous recentrer sur votre respiration pour retrouver votre sérénité.

Alors pensez-y ! RESPIREZ !

 

 

2 ) FAITES LE POINT ! 

 

Prenez un peu de recul ou de hauteur ( selon ce qui vous parle le plus ) par rapport à votre situation actuelle et regardez ce qui vous tracasse.

Essayez de le définir le plus précisément possible. 

– Est ce que vous vous sentez « abattu(e) » parce q’un virus à envahi votre corps et pompe toute votre énergie ?

– Est ce qu’un collègue a une attitude qui vous dérange ?

–  Vous êtes-vous disputé(e) avec quelqu’un ? …

Vous pouvez noter votre idée sur votre carnet de bord tel un matelot !

 

Il est possible que vous ne trouviez aucune explication à votre ressenti et c’est ok aussi.

Vous vous sentez « bof » et c’est tout. Dans ce cas, vous pouvez essayer d’écrire ce que vous ressentez comme émotion ( tristesse, colère, honte …?).

Faites un dessin si cela vous convient mieux !

Quoiqu’il en soit, gardez à l’esprit que les émotions ne sont que de passage dans notre corps et pour un court séjour !

Accepter son état du moment signifie de garder cette notion à l’esprit « je ne me sentirai pas comme ça tout le reste de ma vie, donc pas d’inquiétude! »

 

 

3 ) PRENEZ LE TEMPS

 

Même brièvement au petit déjeuner par exemple, d’expliquer à vos enfants votre état du jour.

Une petite astuce qui me plaît beaucoup et que j’ai découverte grâce à Isabelle Filliozat, consiste à afficher sur un tableau (de liège par exemple) ou sur le frigo, un symbole représentant chaque humeur qui existe. Le matin, chaque membre de la famille peut se prêter au jeu en mettant le symbole qui lui correspond : Joyeux – Triste – Fatigué- Préoccupé…

M’inspirant de cette méthode et d’un livre magnifique que j’ai découvert La couleur des émotions d’Anna Llenas aux éditions Quatre Fleuves, j’ai adopté chez moi un code « couleurs » pour définir nos humeurs. Avec l’aide de mes enfants, nous avons ajouté de nouvelles couleurs pour la fatigue par exemple et nous nommons chacun notre tour la notre.

 

De cette façon, non seulement les enfants savent que nous ne sommes pas, aujourd’hui, de la meilleure humeur qui soit mais qu’ils n’y sont pour rien !

De plus, ils apprennent à se rendre compte qu’il est tout à fait naturel de ne pas se sentir en pleine forme tous les jours…comme papa et maman.

Vous pouvez préciser que par conséquence, vous risquez d’être moins patient(e) que d’habitude, moins drôle ou moins dynamique mais que cela passera et que vous vous sentirez mieux dans les prochains jours. 

Petit plus si vous ne prenez pas le petit déjeuner avec vos enfants, vous pouvez instaurer un rituel de petits mots ou de dessins (selon l’âge) à vous laisser en quittant la maison le matin.

 

 

4 ) SOYEZ SOUPLES.

 

Vous êtes parvenu(e) à définir votre état et à l’accepter, il vous reste à vous adapter à cette situation pour alléger votre journée. 

Quand vous ne vous sentez pas très bien, inutile de vous en rajouter ! Vous vous doutez bien que vous risquez d’aller plus facilement au conflit, surtout avec vos enfants alors même si toutes les règles du fonctionnement de votre famille ne sont pas vraiment respectées aujourd’hui, ne sautez pas sur l’occasion pour extérioriser votre humeur !

 

Vous avez le droit de laisser couler de temps en temps…ce n’est pas grave. 

Vous pouvez faire confiance à vos enfants, ils connaissent bien votre façon de penser face à leurs attitudes et ayant un fond toujours gentils, ils ne vont pas « en profiter » pour vous faire enrager ! 

Vous pouvez leur rappeler ce que vous avez expliqué le matin au sujet de votre humeur et même les solliciter pour que tout se passe bien.

« Je peux compter sur vous pour jouer ensemble calmement et aller vous laver avec le sourire? » 

Ils seront ravis de vous montrer comme ils savent être grands !

 

 

5 ) EXTERIORISEZ CETTE HUMEUR.

 

Trouvez une façon de vous soulager de cette mauvaise humeur.

Vous pouvez, par exemple, prendre une feuille et un stylo, vous mettre à écrire tout ce qui vous passe par la tête spontanément. Ca soulage !

Vous pouvez aussi vous programmer une séance de sport si vous avez davantage besoin d’action physique pour vous sentir mieux.

Une autre idée plus douce, vous pouvez vous préparer un bon bain chaud, avec quelques gouttes d’huiles essentielles si vous aimez ça. Après le coucher de vos enfants, il pourrait être le bienvenu pour vous détendre ! 100% plus efficace que la télé aussi bien pour les femmes que pour les hommes !

Si vous préférez vous retirer dans votre bulle, vous avez aussi la possibilité de vous plonger dans un bon roman. 

Trouvez ce qui peut vous faire du bien, ce dont vous avez envie en cette journée « bof » et faites le !

 

 

L’équilibre de la nature est fragile, variable et en constante évolution. Vous faites partis intégrante de cette Nature, il est donc évident que vos humeurs fluctuent…surtout si vous êtes une femme! 

Vous trouverez petit à petit de quelle manière traverser ses journées « bof » en écoutant votre corps et votre coeur. 

 

Laissez vos témoignages en commentaires sous cet article.

Comment prendre soin de soi quand on est parent ?

 

Prendre soin de soi…

C’est vrai que cette phrase je l’ai entendue un million de fois au moins !

Je pense que tout le monde a une idée de sa définition, à moins qu’on ne l’arrange à sa sauce pour qu’elle nous convienne …

Pour ma part, je me lance, prendre soin de soi signifiait voir mes amis, aller boire un verre, manger au resto avec une bonne copine, me faire un ciné, une virée shopping, pratiquer un sport régulièrement…

Alors, tout naturellement, j’ai continué ces activités, sûre que je prenais soin de moi et malgré toute l’organisation que cela demandait pour avoir un relais avec mes enfants.

Car quand on élève seul(e) ses enfants, la moindre sortie est un casse tête organisationnel ! N’est ce pas ? Il faut vraiment être motivé(e) ! Ou riche, parce qu’au final, en comptant la baby-sitter, la soirée nous coûte deux fois voire trois fois plus cher !!

Bref, je continuais donc à prendre soin de moi selon ma vision des choses et pourtant à la maison rien ne changeait ! Toujours le même chaos, les mêmes cris, les mêmes disputes, les mêmes réactions de ma part.

 

C’était comme si je m’offrais une parenthèse et que je retournais chaque fois dans la gueule du loup ! 

 

Ce n’est pas vraiment ce que j’attendais comme résultat.

Alors quoi ? Est ce que je me trompais sur la définition de « prendre soin de soi » ?

Mais alors, comment on fait ???

J’ai pris un peu de recul, j’ai regardé la situation sous un autre angle.

Il est bon parfois de s’éloigner un peu d’une situation pour nous permettre de la voir autrement. 

Et voila ce que j’ai vu : si je sors pour FUIR une situation, il n’est pas surprenant qu’à mon retour, elle soit identique !

 

Il m’est donc apparu nécessaire de travailler LA RELATION directement.

Bien sûr que sortir, voir des amis, faire du sport fait du bien mais si c’est une fuite, le problème n’est pas résolu. Par contre, si j’envisage de progresser au niveau du problème lui même, non seulement je prendrai du plaisir à sortir mais à mon retour les effets bénéfiques de cette sortie perdureront dans le temps.

 

A partir de ce moment, « prendre soin de soi » à pris une toute autre dimension pour moi.

 


Il s’agit donc de reconnaître que je suis dans une situation qui ne me convient pas mais que je peux changer.


 

Il ne tient qu’à moi de trouver des solutions et de les essayer jusqu’à trouver celle qui convient le mieux. En sachant qu’avec les enfants, rien n’est jamais figé. Une solution peut fonctionner un temps et puis plus du tout ! On peut en trouver une nouvelle.

Aujourd’hui j’ai appris que prendre soin de soi est surtout la capacité à savoir écouter ses propres besoins, ses désirs et valeurs et à tout mettre en oeuvre pour les respecter et être aligné avec.

 

Pour trouver quelle est votre façon de prendre soin de vous, vous pouvez ainsi vous demander :

« de quoi ai-je besoin en ce moment ? Ou tous les jours ? »

« qu’est ce qui est important pour moi ? »

« quel parent j’ai envie d’être pour mes enfants »

Prenez un petit carnet et notez vos réponse ainsi que la date. Vous pourrez suivre votre évolution personnelle. Cela pourra aussi vous permettre de retrouver du courage en relisant ce que vous avez parcouru.

C’est un exercice qui peut être fait et refait à différent moment de votre vie car vous évoluez et vos besoins aussi ! C’est bon signe, vous avancez !

 

Citation de Marc Aurèle : « Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ».

Tout commence par soi !

Par où commencer ?

Par où commencer quand un parent se sent à bout, découragé et loin de ce qu’il avait imaginé ?

Je vous livre ici une partie de mon histoire et LA découverte qui m’a permise de changer les choses.

Un grand virage dans ma vie et je me retrouve seule

En fait on dit « seule » mais ce n’est pas tout à fait vrai puisque j’ai deux enfants. A l’époque ils avaient 1 an et 4 ans. Autant dire qu’ils étaient « petits ».

Rien ne s’est vraiment transformé dans mon quotidien mais tout à changé de place ! Et la mienne, je ne sais plus vraiment où elle est.

Pourtant, ils sont bien là mes deux petits loulous d’amour et ils comptent sur moi ! Oui mais moi, c’est comme si je continuais à vivre en marchant à côté de mes baskets !

Je subis les jours qui se suivent les uns après les autres.

J’entends des cris dans ma maison, ils viennent de chacun de mes enfants et même de moi. On se hurle dessus parfois, on pleure ensemble ou chacun de notre côté.

Chaque jour est une épreuve et j’en viens à redouter chaque lever du soleil.

« C’est une étape normale après un deuil » me dit-on.  « Il faut que tu penses à toi »  « Ne reste pas seule »

Ok mais ça s’arrête quand au juste cet épouvantable brouhaha ???

Et puis comment on fait pour prendre soin de soi en fait ? 

Lire l’article « Prendre soin de soi, ça veut dire quoi ? »

Et qui a vraiment la possibilité de venir chez moi dans un contexte pareil pour m’aider ? 

Voilà le constat que je fais un jour, alors que je suis au creux d’une vague.

Je n’ai pas encore de réponses à ces questions mais je sens au fond de moi qu’il faut que ça change !!! Ca ne peut pas continuer comme ça, c’est pas du tout de cette manière là que j’envisageais ma vie ! Et encore moins ma relation avec mes garçons, si jeunes.

Ils viennent de se prendre une énorme claque de dame nature et avant leur naissance je me suis promis de tout faire pour les aider à devenir des adultes heureux et épanouis !

La recherche de solution

Je cherche des solutions et je me rends à l’évidence : j’ai besoin d’aide. D’une aide professionnelle. Alors je prends mon téléphone et je prends mon premier rdv avec une psychologue.

Ce sera le début de ma route vers l’harmonie avec moi même et avec mes enfants. 

Au départ, je lui parle de mon fils et lui demande son aide pour m’aider à gérer ses réactions. Et là, prise de conscience : je parviens à me regarder en face comme dit l’expression et je me rends compte de mon propre comportement grâce à l’aide de cette professionnelle.

Par où commencer ?

Mon premier apprentissage fut : le comportement de nos enfants est le simple reflet du notre. 

Pas toujours évident à accepter mais je suis déterminée à évoluer vers une relation meilleure.

Bien sûr, il n’est pas nécessaire de vivre une situation catastrophique dans sa vie pour en arriver là mais cette notion de comportement est valable pour nous tous.

Alors soyons honnête envers nous même et nos enfants. Si un de nos enfants à un comportement qui se répète et qui nous pose problème, demandons nous de quelle façon lui, nous perçoit-il ? Et qu’est ce que cela réveille en nous ?

Essayons de porter notre attention sur notre comportement vis à vis de lui.

Par où commencer ?

S’il nous hurle dessus, au lieu de faire la même chose, essayons d’écouter ce qu’il nous dit parce que s’il le crie c’est que nous ne l’avons pas encore entendu jusque là ! Notre enfant va répéter son message jusqu’à ce qu’il obtienne notre attention bienveillante.

Et en tendant l’oreille…nous apprendrons des choses qui peuvent nous aider à grandir.

Merci mon grand !