Faut-il forcer votre enfant à faire un bisou pour dire « bonjour » ?

Il y a mille façon de dire « bonjour » en fonction des régions, des pays, des continents !
Certains font une bise, d’autres deux ou trois voire quatre.
On essaye de s’adapter et de se suivre pour … être poli et entrer en relation.

Nous avons tous été « formatés » à ce symbole de politesse et nous le transmettons volontiers à nos enfants. Mais qu’en est’ il de leur côté ?

 

Je constate que certains enfants n’aiment pas faire la bise, d’autres en font volontiers.
Je vois des adultes « forçer » des enfants à leur faire un bisou en disant ce fameux « bonjour » malgré le refus de l’enfant.

J’observe aussi des adultes qui se retrouvent tiraillés entre la réaction d’un ami qui veut un bisou de l’enfant et ce dernier qui ne veut pas. Le parent voulant bien faire, et peut être ne pas perdre la face devant son ami, peut obliger son enfant à faire LE bisou.

 

Alors je me suis demandée jusqu’où pouvez aller notre intention d’apprendre la politesse à nos enfants ? Et ce qu’il est important de transmettre pour rester aligné avec ses valeurs.

Il me semble que le « bonjour » permet, au delà de la simple mise en pratique de la politesse apprise par nos parents, de créer un contact ou bien de le maintenir si une relation est déjà en place.

Si on aborde une personne inconnue, il sera le premier mot (ou l’un des premiers) utilisé. Il permet donc d’instaurer un dialogue, d’ouvrir un échange entre deux ou plusieurs personnes.

 

 

Le « bisou », lui, est plus qu’un mot. Il est un contact ! De peau à peau. C’est quelque chose de plus intime déjà qui nécessite, selon le tempérament de chacun, de s’offrir davantage.

Nos parents ne nous ont jamais obligé à faire un bisou au boulanger en allant acheter le pain !
Ca paraît tellement logique n’est ce pas ?

 

L’enfant est, par sa taille, plus petit que l’adulte. Il semble assez logique qu’il puisse être impressionné facilement par celui-ci.

De plus, il ressent de façon assez naturelle ce que « dégage » une personne et que nous oublions en grandissant. Un même enfant peut sauter au cou d’un adulte et lui faire des bisous à volonté dès la première rencontre et refuser catégoriquement le « bisou » à un autre qu’il voit plus fréquemment !

 

Je pense qu’ils arrivent à deviner l’enjeu qui se cache derrière ce « bisou » pour l’adulte concerné.
Car je crois qu’il peut y avoir un véritable enjeu pour certaines personnes !

Des scènes de l’enfance peuvent se rejouer dans ces moments là, des sentiments de rejets sont susceptibles de revenir à la surface. Parfois l’ego peut se trouver un peu mis à l’épreuve face au refus de l’enfant à entrer en contact.

Si le « bonjour » est un mot et un moment qui permet d’établir un contact, de mettre en relation des personnes et également une formule de politesse, il me semble que forcer un enfant à faire le « bisou » n’est pas une bonne méthode pour le guider vers des relations harmonieuses.

 

 

C’est important que l’enfant écoute son ressenti. Il a le droit de ne pas avoir envie de coller sa bouche sur la joue d’un adulte même si c’est notre meilleur(e)e ami(e) et il me semble logique pour que le « bonjour » conserve sa juste place que chacun respecte sa propre nature pour entrer en relation.

Et puis, quoi de plus touchant, de plus adorable et de plus mignon qu’un enfant qui fait un bisou qui vient de son coeur ?

 

Partagez vos témoignages en commentaires sous l’article.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires