6 clés pour une bonne ambiance au moment du repas !

Le repas avec sa tribu devrait être un moment de joie, de partage, durant lequel on peut souffler un peu au milieu de la course effrénée du soir !

Pourtant, il arrive souvent que ce moment soit plus chaotique que prévu !

Voici à quoi il ressemble la plupart du temps :

  • Les parents sont dans la dynamique de l’organisation de la fin de journée et un peu tendus pour ne pas coucher les enfants trop tard.
  • Les enfants ont besoin de lâcher prise de toutes les tensions accumulées au cours de leur journée.
  • Les parents sont dans leurs pensées ( ce qu’il reste à faire, ce qui s’est passé au boulot…)
  • Les enfants n’ont pas du tout envie de se poser à nouveau sur une chaise sans bouger

Ce décalage flagrant entre les parents et les enfants ne peut qu’entraîner des conflits !

Chacun a de bonnes raisons d’agir comme il le fait mais en arrangeant quelques petites choses, le repas peut devenir un moment vraiment agréable.

1 – Définissez vos valeurs, vos objectifs et leurs « pourquoi »

Qu’est ce qui est important pour vous au moment du repas ?

° Que vos enfants mangent de tout ?

° Qu’ils se tiennent « correctement à table » ?

° Qu’ils restent assis du début à la fin ?

° Que le repas soit un moment de retrouvailles ?

Posez-vous véritablement la question, en prenant le temps d’y répondre franchement.

En premier lieu, vous aurez tendance à ressortir toutes les règles du repas qui vous ont été inculquées pendant votre enfance et c’est normal.

Mais prenez un peu de recul et adaptez vos valeurs ( = ce qui est important pour vous) à votre personne, celle que vous êtes aujourd’hui.

Pour vous aidez à mieux les trouver et être sûr(e) qu’elles vous appartiennent, demandez vous ce qui vous motive à faire respecter cette valeur précisément.

Pourquoi est ce important pour vous que vos enfants restent assis à table pendant tout le repas par exemple ?

Si vous avez du mal à répondre, il est probable que cette règle revienne de votre passé.

Vous avez le droit de la changer à présent.

Vous verrez qu’en faisant ce travail, déjà vous relâcherez la pression sur quelques attentes que vous avez envers vos enfants et l’ambiance sera plus détendue.

2 – La règle du menu équilibré

La plupart des parents souhaitent établir des menus équilibrés pour leurs enfants afin qu’ils aient tous les nutriments dont ils ont besoin.

Le problème se pose souvent au moment des légumes, gros ennemis des enfants !!

Ma première suggestion est d’élargir votre vision : aucun enfant n’aime TOUS les légumes et peu d’adultes non plus !

En regardant ce qu’il aime dans la globalité, il est probable que vous puissiez trouver un apport en nutriment suffisant.

Deuxième conseil :  ne vous prenez pas la tête ! Faites de préférence ce qu’il aime et s’il boude les légumes, tentez les fruits en plus grande quantité. Il ne veut pas de laitage, proposez lui des amandes, très riches en calcium.

N’écoutez pas tout ce que disent les publicités et descendez la barre de vos attentes.

Vous pouvez regarder l’alimentation de votre enfant sur une semaine plutôt que sur une journée. Cela vous permet de mettre dans l’assiette de votre enfant tout ce dont il a besoin en adaptant an fonction de sa faim, de ses gouts et de votre motivation !

Si vous restez fixé(e) sur chaque journée, il est beaucoup plus difficile d’atteindre votre objectif.

Pensez aussi à cuisiner les légumes en gratin ou en quiche, les enfants préfèrent largement que tout seuls !

3 – Le respect de la satiété.

La satiété est le fait d’avoir assez mangé.

Beaucoup de parents pensent bien faire en apprenant à leur enfant à terminer leur assiette.

L’enfant ressent naturellement la satiété et en grandissant avec cet « obligation » il apprend petit à petit à se déconnecter de son corps.

Du coup, beaucoup d’adultes, se forcent à terminer leur assiette et ne se rendent pas compte qu’ils n’ont plus faim depuis longtemps. Résultat, leur organisme met dix fois plus de temps pour effectuer le travail de digestion et il pompe énormément d’énergie !

En respectant l’appétit de votre enfant, vous lui permettrez de rester connecté à ses sensations corporelles.

Soyez rassuré(e), votre enfant ne se laissera JAMAIS mourir de faim ! S’il n’a pas faim, ce n’est pas forcément qu’il est malade, le goûter est peut être proche du dîner, il a peut être déjà très bien mangé ce midi ou il n’a peut être pas dépensé beaucoup de calories dans cette journée.

Et puis, non seulement vous aurez des restes pour les jours suivant qui vous dépanneront bien volontiers et vous éviterez de rentrer dans des conflits interminables avec votre enfant.

Evitez de « priver » de dessert s’il ne mange pas tout.

Vous pouvez lui expliquer tout simplement que pour vous il est important que le repas soit équilibré et que le dessert suit un repas dans lequel on mange de tout et non pas que la viande ou que les féculents !

De cette manière, il n’y a pas la punition du dessert mais plutôt le repas vu dans son ensemble !

On ne mange pas pour avoir « droit » au dessert, on mange pour répondre au besoin de son corps et l’aider à nous garder en forme et en bonne santé pour jouer !

4 – Les jouets

Ah, les jouets…à table ou non ???

Chacun à son point de vue sur la question et son argumentation.

Quoi qu’il en soit, si le sujet est sensible avec votre enfant et source de disputes, je vous invite à trouver avec lui, une solution qui convienne à chacun.

Si votre intention est toujours de passer un bon moment en mangeant, pourquoi ne pas lui accorder qu’il pose un petit jouet à côté de son verre dont il sera responsable : il ne doit pas rouler sur la nourriture ni faire de galipettes sur la table ce jouet.

N’oubliez pas que le jeu est un besoin majeur chez l’enfant et peut être qu’en posant son jouet à côté de lui à table, il se sent rassuré, il crée ainsi son univers à la même table que vous.

L’enfant n’a pas la même vision que l’adulte et il est possible que pour lui, la table soit immense et synonyme de beaucoup de contraintes ! Le jouet l’aidera peut être à apprivoiser ce moment pour qu’il soit agréable pour vous tous.

5 – Le dialogue

Pour que le repas ne parte pas dans tous les sens, je vous invite à canaliser l’énergie de votre tribu en instaurant un dialogue.

  • Poser des questions, quelques unes, faites un point sur les bons moments de la journées de chacun, sur ce qui a été le pire aujourd’hui.
  • Racontez votre journée, partagez vos sensations, dites si vous êtes heureux(se) de vous retrouver là avec votre famille pour terminer cette journée.
  • Proposez un petit jeu par exemple, si vous voyez que les enfants commencent à s’exciter : commencer une phrase avec un mot et à tour de rôle, chacun ajoute un mot jusqu’à faire une phrase très rigolote !
  • Demandez leur ce qu’ils aimeraient faire quand ils seront plus grands, ce qu’ils adoraient découvrir de nouveau…

Bref, profitez de ce moment pour créer un réel échange ensemble où chacun peut s’exprimer librement.

6 – Le droit au lever

Si vos enfants ont tendance à se lever de nombreuses fois et que c’est quelque chose de difficile pour vous, n’hésitez pas à poser votre limite.

Par exemple, un seul lever autorisé par repas.

Au deuxième, l’assiette disparaît puisque l’enfant ne s’en occupe plus !

Pour éviter les déplacements, vous pouvez solliciter vos enfants pour qu’ils rapportent leur assiette dans l’évier, qu’ils aillent chercher le dessert ou la cuiller qu’il manque… ainsi ils pourront se dégourdir les jambes tout en participant à la vie de famille !

En réalité, pour les enfants, c’est loin d’être facile de rester assis en fin de journée, encore ! On le leur a demandé toute la journée à l’école et voilà qu’en rentrant, ça recommence.

Pensez y et tenter de couper la poire en deux. Un peu de souplesse, d’imagination et d’empathie et le tour est joué !

N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaires sous l’article.

Partagez cet article si vous pensez qu’il peut être utile à quelqu’un de votre entourage.

Et surtout, passez de bons repas avec votre tribu !

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires