4 étapes pour gérer ta patience

De nombreux parents ne se sentent pas assez patients avec leurs enfants et rêvent de se réveiller un matin avec une dose infinie de patience qui ne leur fera jamais défaut.

Ce serait génial si les choses pouvaient se passer ainsi et en même temps, si c’était le cas, ça se saurait !

Je ne peux pas te donner une bonne dose de patience pour les jours où tu en as vraiment besoin ! Par contre, je te propose de t’accompagner à changer de regard sur cette patience et cultiver ton bien être.

Découvre les 4 étapes qui te permettront de te sentir mieux.

1 – Définir « la patience » ?

Est ce qu’il existe, à ta connaissance, une norme de patience ?

Est ce qu’il existe un outil qui permette de la mesurer ?

La réponse est non bien sûr. Et malheureusement, on ne te délivre pas un stock de patience à la naissance de ton enfant ! Dommage !!

Ce que je veux te faire comprendre, c’est qu’en réalité « je ne suis pas assez patient(e) » est une phrase toute faite que tu te répètes parce que tu l’entends fréquemment.

Mais elle ne représente pas la réalité. Par contre, elle peut être le reflet de ce que tu ressens.

2 – Prendre conscience du jugement sur toi 

Garde à l’esprit qu’en te répétant des phrases comme celles-ci, tu portes un jugement négatif sur toi même.

Etant donné qu’il n’y a pas de normes de la patience, tu peux tout à fait, changer ton regard. Il te suffit de déplacer ta barre vers le bas et tes perceptions peuvent complètement changer.

Je me suis rendue compte qu’en se répétant les mêmes choses chaque jour, on ne se laisse aucune possibilité d’évoluer, de changer et c’est dommage. 

Il suffit de basculer notre position pour nous accorder la possibilité de nous améliorer. 

3 – Lister tes domaines de patience

Lorsque tu t’estimes peu patient(e) cela concerne ici principalement ta relation avec tes enfants.

Pourtant je suis sûre que dans ta vie, il y d’autres domaines dans lesquels tu estimes ta patience au top !

Alors, je te proposes de lister ces domaines. Ca peut être dans ton travail, avec tes amis, dans une activité que tu aimes et qui te demande de la minutie…

Cette prise de conscience va te permettre de voir que tu ne te définis pas par ce jugement.

En effet, tu ne peux te décrire comme « impatient(e) » s’il y a des domaines de ta vie dans lesquels tu es capable de faire preuve d’une réelle patience !

4 – Découvrir les différentes facettes de ta personnalité

Si tu mets le doigt sur certains domaines de ta vie où tu réussis à faire preuve de patience cela signifie que tu as cette qualité déjà en toi.

Tu as donc la possibilité de la cultiver, tu en es capable.

Je t’invite donc à changer de perception. Amène ton attention plus précisément sur les situations que tu vis avec tes enfants et qui t’amènent à penser cela.

Ainsi tu peux procéder de la façon suivante :

  • Dans quelle situation précise je me sens impatient(e) avec mes enfants ? Qu’est ce qu’ils font exactement qui me fait perdre patience ?
  • Qu’est ce que je ressens réellement au fond de moi ? Pourquoi ce comportement me fait réagir ? Est ce que je me sens en colère, contrarié(e), frustré(e)…

Ce procédé va te permettre de sortir du jugement envers toi même. Mais aussi de trouver quelles actions tu peux mettre en place pour préserver ton équilibre.

Le jugement inhibe tandis que la prise de conscience favorise le passage à l’action.

Melanie
 

Cliquez ici pour laisser un commentaire ci-dessous 0 Commentaires
  • Commencez dès maintenant à ne plus crier